LACROIX

Smart industry

Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance a visité mardi 9 février notre usine de Saint-Pierre-Montlimart et rencontré les équipes sur place. Sa visite a mis l’accent sur la relocalisation de l’industrie française, l’emploi dans la filière électronique et les enjeux multiples de l’usine du futur. Accompagné de nos équipes, il s’est ensuite rendu à Beaupréau pour poser la première pierre de SYMBIOSE, représentée symboliquement par le premier chêne du parc de l’usine.

Un plan de relance et de soutien pour la filière électronique

L’électronique fait partie des 5 secteurs prioritaires notamment en termes de relocalisation dans le plan de relance du gouvernement. L’objectif ? Maintenir le cap et un niveau d’ambition élevé afin de soutenir la filière, maillon clé de la souveraineté économique de la France.

SYMBIOSE, le projet de l’usine française d’électronique du futur, a été identifié parmi les « champions des territoires » et « nouveaux conquérants de l’économie ». En effet, l’usine est l’exemple type du renouveau industriel français et de l’ambition vers la transition digitale et l’industrie du futur.

Implantée depuis 100 ans, l’usine de Saint-Pierre-Montlimart, qui sera relocalisée à Beaupréau dans le cadre du projet SYMBIOSE, a été le premier site d’électronique en France labellisé « vitrine industrie du futur ». Elle fournit l’électronique et les équipements d’un nombre important de fonctions critiques de l’industrie française. » Vincent Bedouin, Président-Directeur Général de LACROIX Group.

LACROIX-Group-Bruno-Le-Maire

« Je crois profondément que nous pouvons réindustrialiser notre pays : c’est tout l’objectif de notre plan de relance qui finance la localisation de nouvelles productions en France. France Relance est déjà en marche, notamment grâce à nos industriels de talent. La preuve en est, LACROIX Electronics qui construit une nouvelle usine 4.0 dans le Maine-Et-Loire. L’enjeu est de développer sur notre territoire de véritables chaînes de valeur, créatrices d’emploi. »

Bruno Le Maire
Ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance

Un enjeu de souveraineté nationale

Symbiose traduit la volonté de nombreux acteurs industriels dont LACROIX Group de (re)localiser afin de réduire notre dépendance à l’étranger pour certains composants clés, comme le circuit imprimé. Cela implique de créer des champions avec une taille critique plus importante au niveau français et européen, et en parallèle de travailler en écosystèmes et en consortium (notamment via le Technocampus électronique d’Angers). Notre écosystème ouvert constitue l’une de nos grandes forces notamment grâce au travail inter-filières via les CFS (Comités Stratégiques de Filière) mené ces dernières années.

La filière électronique crée des emplois : il est vital de bâtir sur les compétences, d’investir dans les hommes et particulièrement les jeunes dans un domaine où la digitalisation bouleverse les usages de demain. Aujourd’hui l’électronique mobilise 400 000 emplois. Demain, elle peut aller plus loin pour répondre à nos grands enjeux environnementaux et sociaux. » Vincent Bedouin

Pose du premier « arbre » de Symbiose : un symbole à plusieurs titres

Si l’usine du futur implique une révolution technologique, portant ainsi au diapason un certain nombre d’innovations au niveau digital, elle porte également les enjeux du « Smart World », impliquant ainsi la prise en compte des volets environnementaux et humains. En choisissant de planter le premier arbre au lieu de poser la première pierre, LACROIX Group met ainsi en avant le fait que le site est d’abord un lieu de vie avant d’être uniquement un lieu de production.

« Au-delà de la performance industrielle que nous servons, le respect de notre écosystème, quel qu’il soit, tant humain qu’environnemental, est essentiel. Cet arbre en sera le symbole et sera mis en nourrice avant de rejoindre le parc de SYMBIOSE. » Vincent Bedouin, Président-Directeur Général de LACROIX Group.

SYMBIOSE représente ainsi le symbole de la transition en cours de la filière électronique (industrielle, sociale et environnementale) qui répond à des enjeux de souveraineté nationale mais aussi d’accélération de toute l’industrie vers la digitalisation à travers l’IoT et les fonctions électroniques.