LACROIX Group

Innovation

Le déploiement des véhicules autonomes ne peut se faire sans une infrastructure routière connectée et évolutive

Ce lundi 14 mai, le gouvernement a annoncé sa stratégie d’action publique pour le développement du véhicule autonome. Son ambition : dès 2022, mettre en circulation des véhicules autonomes dans lesquels le conducteur délègue entièrement sa conduite, dans des zones définies et sous conditions particulières.

Les véhicules autonomes représentent d’incroyables opportunités pour la France et le monde :

  • L’amélioration de notre qualité de vie : nous récupérerons plusieurs journées de nos vie perdues dans les embouteillages ou dans la recherche d’une place de stationnement,
  • La sécurisation de nos routes : ils réduiront le risque d’erreur humaine qui est à l’origine de 90% des accidents,
  • La préservation de notre environnement : 100% électriques, ils permettront le déploiement de nouveaux modes de transports en commun et la réduction de l’utilisation de la voiture individuelle,
  • La mobilité des personnes en difficulté : ils faciliteront les déplacements de personnes à mobilité réduite ou vivant dans des zones rurales isolées, etc…

La France est en très bonne position pour relever ce défi car elle dispose de nombreux atouts :

  • De très grandes compétences industrielles, que LACROIX Group contribue à développer et à améliorer,
  • Des leaders mondiaux dans le transport public (Transdev, Keolis, RATP), qui collaborent avec les industriels,
  • De nombreux projets expérimentaux :

Au niveau national : le projet SCOOP expérimente les infrastructures connectées. LACROIX City y joue un rôle majeur grâce à ses solutions V2X installées sur des milliers de kilomètres de routes Françaises ; l’objectif de ce projet est la réduction de l’insécurité routière grâce à une communication « vehicule to vehicule ».


Au niveau régional : à Nantes, une expérimentation de navette autonome a été inaugurée le 17 mai 2018. Sans chauffeur et 100% électrique, elle sera testée par les habitants du 1er au 30 juin 2018. Ici aussi, les solutions V2X proposées par LACROIX City sont au cœur de l’expérimentation. Elles permettent à la navette de communiquer en temps réel avec son environnement, dans le but de sécuriser la navette, adapter sa vitesse et garantir la sécurité des usagers passant à proximité.

Ces projets ont pour vocation d’entrer dans notre quotidien et nos modes de vie, mais la France doit d’abord lever quelques barrières :

  • Risque de non acceptation par l’utilisateur final : seulement 30% des Français seraient prêt à utiliser une voiture individuelle autonome, tout en surveillant la route. Pourtant, ils sont 48% à être prêt à monter dans des transports en communs autonomes (sondage IFOP). La démocratisation de son utilisation doit donc être la priorité.
  • Risque sécuritaire : la protection des données personnelles et la cybersécurité doivent être un sujet primordial dans le développement de telles technologies.
  • Risque lié à la qualité des infrastructures qui se dégradent : 54% du réseau Français n’a pas de marquage et 40% de la signalisation verticale n’est plus aux normes. L’Etat doit investir et collaborer avec les entreprises Françaises pour espérer étendre l’utilisation des véhicules autonomes à tout le pays.

Dans ces conditions, et grâce à la volonté forte de l’Etat de devenir leader du véhicule autonome, les projets expérimentaux doivent se multiplier grâce à une collaboration permanente avec les entreprises Françaises, dont LACROIX Group fait partie.